Tous les articles par mela

Revenir..

Je ne pensais pas que nous vivrions tous le retour d’une façon différente. Je vais donc parler uniquement en mon nom!
J’ai le sentiment étrange de devoir me réapproprier ma propre maison. Celle dans laquelle j’ai vécu depuis 10 ans !
Me souvenir où sont rangés les plats, les tasses… » c’est où les sacs poubelles? »….
Ne pas appuyer 10 sec sur le bouton de l’allume gaz…
Trouver de l’eau chaude tout le temps…

Mais revenir d’un voyage c’est aussi reprendre la vie de tous les jours.
– Aller faire des courses :
1) ne pas avoir à parler anglais. Alors ca c’est quand même très particulier… Petite anecdote? Allez..
En Belgique, nous nous sommes arretés pour faire un plein de gazoil mais aussi pour acheter du tabac. Et alors la..la caissière a du me prendre pour une fille bien perchée quand je lui ai dit « merci » dans 4 langues différentes…Tak, Danke, Thank you, Merci… » J’étais perdue. Déboussolée. Désorientée. Elle a vraiment du se dire que j’étais marteau! Avec du recul ca me fait bien rire…
2) Utiliser ma carte de fidélité!!! Que j’avais évidement bien planqué dans mon porte monnaie depuis 3 mois et que j’ai mis deux heures à trouver à la caisse.
3) Retrouver tout ce qu’on aime manger…

– Manger made in chez nous :
Plaisir n°1 : Le fromage de chèvre! Un délice..et bien meilleur que celui au caramel…
Plaisir n°2 : Une gorgée de vin !
Plaisir n°3 : Du saucisson sec….
En partant, on ne se rend pas compte de ce qu’on laisse je vous l’dis!

– Croiser des gens que je connais sur la route, et leur faire « bonjour »!
Alors là j’avoue que j’avais oublié que je connaissais des gens en vrai! Autre que sur Skype ou sur mon répertoire de téléphone !

– Aller chiner en brocante.
Ouhhh j’ai hate d’être à samedi pour aller chez Emmaus!

– et le top du top….
FAIRE LA CUISINE !
Fini le timbre poste pour faire de la cuisine de base. Me voila revenue à mes fourneaux! Bon ok c’est pas une bonne idée de faire de la pâtisserie ces jours ci vue la chaleur mais au diable les 26° dans la maison à cause du four! J’ai pris un réel plaisir aujourd’hui à voir Zélie faire son gâteau au yaourt, et à préparer pour la première fois des kanelbullar. Petite brioche à la cannelle et au beurre venue de Suède.

Et ce n’est que le début de notre retour.
D’autres petites choses viendront encore nous faire sourire.

Maison…

Et puis nous sommes rentrés.
Nous avons repris le chemin qui mène à notre alcôve familiale.
Embrassés nos « am’english » (amis-anglais) préférés en les serrant très fort là encore.
Quelques mots pour se dire qu’on est si heureux de le revoir et leur dire combien ils ont bien pris soin de notre maison (avec Laurent qu’on verra dans quelques jours).
Découvrir le jardin, qui est à cette époque un véritable labyrinthe surtout sous la glycine qui fait une véritable cabane.
Et entrer.
Et trouver sur la table à pois, une rosier sublime, des tomates qui sentent bon et une délicieuse tarte aux prunes du jardin de Laurent.
Si un jour vous partez en voyage je vous donnerai leur adresse!!! Parce que revenir chez soi après 3 mois et découvrir cela c’est comme si tout était plus doux. Le sourire de se dire qu’on a sacrément de la chance d’avoir des amis comme ca.
Et rebrancher les éléments un à un. Se réapproprier la maison. Enfiler une robe. (OHhh j’ai des vêtements autre que des pulls!)
Et filer à Chinon. Parce que c’est bien beau de rentrer mais faut manger aussi! Parcourir la ville, saluer des potes que l’on croise, se dire que Chinon l’été c’est d’une douceur réconfortante.
Se réapproprier son propre espace.
Et se dire qu’on videra le camion plus tard. Prendre le temps.
De tirer à l’arc, de s’affaler dans le canapé rouge qui glisse tout le temps, de déménager le salon avec des tas de jouets laissés de coté quelques mois, de se poser avec un café pour vous donner de nos nouvelles…

Qu’il est bon de rentrer.
Qu’il fut bon de partir.

Ne faites pas la tête, ca ne sera pas le dernier article du site….
Je vous en prépare plein d’autres !

La douceur de France #4

Reprendre la route. Une dernière fois.
Dans la chaleur et la lumière qui descend.
Cette route que l’on connaît si bien et qui nous rappelle tant de bons souvenirs.
Mais avant de rentrer chez nous, il nous restait une dernière étape. Une ultime pause.
A 1km de chez nous à vol d’oiseau.
Notre lieu de discussion à refaire le monde, à rire de tout et de rien, à se délecter de la vie…
Les Glut’ comme dit Lili. La maison de nos Amis. De nos topains.
Alors en arrivant chez eux, nous avions le cœur qui battait fort, et Noé a lâché ses larmes de bonheur.
Nous avons vu leur maison au loin, et vite sur le devant, ils se sont tous massés. En nous faisant des signes de bonheur. C’était long hein? Mais on est là!
Des gros câlins, des sourires encore une fois, et on ne s’est pas lassé de se regarder. Oui nous étions partis. Puis enfin revenus.
Nous avons passé la soirée à être simplement heureux. Vraiment.
Et nous avons dormi devant chez eux!
Histoire de prolonger le voyage d’une petite nuit encore.
Rien qu’une nuit.

Merci à vous Manue, Vincent, Charles,  Margaux, Valentin et votre petite Rose, Marius, Angèle. On vous aime tellement.
Et promis, dans 15j quand vous rentrez de vacances, c’est nous qui vous accueillerons chez nous pour une soirée comme on les aime…

La douceur de France #3

Après la Beauce, la Sarthe nous attendait impatiemment. Papy Chabert, Mamie Puce et Kloé nous ont accueillis avec des sourires, des larmes de joie et des câlins grands bras. Un délice.
La douceur de vivre était elle aussi au rendez-vous.
Quelques jours délicieux malgré une chaleur pesante.
Des repas dehors, des bons petits plats, des discussions voyageuses,…Le thé du matin pris sur la terrasse et qu’on fait durer le plus possible parce que c’est tellement délicieux.
La promenade le soir sur la route de la forêt quand la fraicheur s’installe et que le soleil se couche lentement. La balade à bicloune où deux chevreuils viennent nous surprendre sur le chemin.
Le plaisir d’être ensemble sur un vieux couvre lit à l’ombre et fabriquer des bracelets, avec maman qui tricote à coté de nous.

Noé a continué à dormir dans le camion, quant à Nico, Zélie et moi, nous avons préféré la fraicheur des volets fermés et la douceur d’un bon lit.
Mais l’heure du départ a vite sonné, et nous devions quand même rentrer chez nous. Dans notre Touraine si douce.

Parce que c’est terriblement agréable de revoir ceux qu’on aime et qui nous ont manqué (quoiqu’avec internet, les distances sont moins pesantes), mais ca nous démangeait de rentrer dans notre maison stable!

Alors merci encore à vous 3 pour ces heures passées dans la douceur et dans la verdure. Que ce fut bon !

La douceur de France #2

Les trois heures de route qui nous séparaient de notre point B furent rudement estivales. Peu habitués à cette chaleur, nous ne regrettions pas notre périple au nord (nons non je ne regrette pas mon bonnet mais quand même c’est violent!) Pas facile d’être 4 en route par ces chaleurs dans notre camion sans clim. Mais c’est avec un immmmense plaisir que nous sommes arrivés à La Ronce dans la maison familiale de Nico, retrouver Mamylette. Là encore, sourires, plaisirs de retrouvailles et discussions seront au rendez-vous.
Et notre première nuit depuis 3 mois dans un vrai lit avec les pieds qui peuvent déborder du bout ! Noé lui préférera encore une nuit le camion et sa couchette toute serrée. Ce soir, ça ne sera pas possible Avec les températures que l’on a eu aujourd’hui, il n’est pas raisonnable de le laisser dormir dans un sauna! Même s’il aurait rêvé d’en faire un en Finlande.
Les ciels que l’on a ici ne sont comparables à aucun que j’ai déjà observé. La lumière, le vent, les nuages…et les champs de blé coupés.
J’avais oublié que la couleur jaune existait encore ! Le vert m’était tellement quotidien…
Trop chaud donc pour quelques photos du Loir qui coule en bas de la maison…mais je ferai un autre article du coup!

La douceur de France #1

En route de bonne heure mais heureux de se dire que nous parviendrons en France avant la nuit, la ville d’Aachen s’effaçait dans le rétroviseur. La Belgique nous a offert une traversée très ensoleillée et nous a comblée de bonheur à Bouillon. Au lieu de manger des sandwichs dans le camion, nous avons vu un panneau « Barbecue à volonté – 14€ ». Bon bah on a pas réfléchi beaucoup ! Cette pause dans une petite auberge au bord de l’eau fut un moment tellement agréable. Quelques minutes après le repas, nous passions la frontière française. Émotions. Que penser en revenant dans notre pays…Après un cri de joie des enfants, le silence prend place dans l’habitacle. Chacun, nous reflechissons à tout cela…
Et enfin, nous arrivons chez Méla (la sœur de Nico) et son amoureux Vincent, dans leur maison magique des bords de Seine, près de Troyes. Des grands câlins, des sourires, des « ah oui on a vu un truc génial en Norvège » à « C’était comme ça aussi en Nouvelle Zélande »…Un dîner si agréable…
Nous passerons nos nuits là-bas, dans le camion, histoire de prolonger le plaisir.
La journée sera d’un calme paisible. Pieds dans l’eau, photos, discussions au frais. La soirée sera papillonesque! (comprends qui peut!) Nous avons appris des tas de choses sur les papillons de nuit  grâce à un de leur couple d’amis.
Et le lendemain, direction la Beauce…

Merci à vous deux presque trois pour la douceur de maison et la douceur de vos regards amoureux.

 

Et nous avons repris le bac…

Comme à l’aller, nous avons passé la frontière allemande avec un grand plaisir. Non seulement parce que nous adorons ce pays, mais aussi parce qu’il signifiait à cet instant, le retour à la maison.
Arrivés au bac, nous avons du attendre une bonne heure avant de traverser l’Elbe. Quelle lumière et quelle beauté…Les images parlent d’elles-meme. Je me suis régalée…et mon Nikon aussi je crois.
Nous avons posé le camion pour la nuit au même endroit qu’à l’aller, c’est à dire à l’embarcadère du bac. Toute la soirée et toute la nuit, le camion fut mis à rude épreuve avec les litres d’eau tombés du ciel…
Et nous avons repris la route pour notre grosse étape allemande.
Je n’ai jamais vu autant de monde sur la route, et autant de bouchons…et de la pluie…bref une façon de nous dire « c’est bien de rentrer, ne regrettez pas! »
Nous avons mis la journée entre Stade et Aaren (où nous passons notre dernière nuit en Allemagne.)
Pour notre dernier soir de voyage, nous voulions nous faire un petit resto.
Vue l’emplacement du camping, impossible d’y aller en camion (nous n’aurions pas retrouver de place en rentrant du centre ville un peu lointain). Le monsieur du camping m’indique un petit resto à 500m. Le ciel nous menace mais nous prenons nos manteaux et hop. Et quoi de mieux pour finir une journée pourrie par la pluie et la circulation? Eh bien un resto fermé!!!!
Pas grave, nous mangerons ce qu’il nous reste dans le camion.
Dont la boite de jambonneau aveyronnais d’Anne So qui sera parfaite! Et peut-être même meilleure que tout ce qu’on aurait trouvé ! Zélie optera pour une boîte de sardines qu’il nous restait!

Demain nous traverserons la Belgique, puis le nord de la France…Pour arriver vers Troyes chez Méla et Vincent….
Est-ce la fin du voyage? Nous ne le savons pas nous même…
Et la véritable question que je me pose très souvent c’est quelle est la différence entre un voyage et des vacances…
Nous avons vécu une expérience magique. Aussi bien familialement que personnellement. Et elle n’est pas terminée…Peut-être commence t elle ici…

 

De Malmö à la frontière allemande

Avant de quitter la Suède pour nos derniers jours de voyage, pause obligatoire à Malmö pour voir le stade de foot. Mais pourquoi ? Bah parce que Zlatan y a débuté sa carrière pardi! Noé très fier d’aller voir ce site, nous a fait des tonnes de remerciements ! C’est bon à prendre !!!
Puis nous avons du quitter la ville en direction du pont qui relie la ville au Danemark. Et quand le panneau « dernière sortie pour la Suède » est apparu, gros pincement au coeur pour l’équipage…Nous y reviendrons c’est certain. C’était tellement un chouette pays…
Mais nous avons fini notre parcours, et la météo ne nous engage pas à rester encore quelques jours de plus.
Sous un soleil timide, nous avons fait une pause pour déjeuner sur une plage danoise. La lumière était déja en train de changer. Et c’était un signe…Nous avons repris la route sous une pluie battante. On ne voyait rien à 10m. Difficile pour Nico surtout qu’il y avait pas mal de monde sur la route.
La route sera longue jusqu’à la frontière allemande….(article suivant)
Vous devez vous dire « mais ils devaient pas partir 4 mois? »
Eh bien c’était 4 mois au maximum. Nous n’avons pas eu le sentiment de nous presser ou de ne pas profiter des lieux parcourus. Il est un temps aussi pour le retour. Et nous nous disons que passer quelques jours en France, sous le soleil et un peu de chaleur ça sera toujours bon à prendre avant la rentrée de septembre.
Je vous avoue aussi que les enfants ont envie de leur chambre, de leur lit, de leur jouets…
Et il y a un moment ou l’on se dit « on rentre non? »…
Tout ceux qui ont fait un voyage connaissent ce moment.

Après Lego…Brio !

Le seul attrait de cette ville de Osby, est son musée Brio, célèbre marque de jouets en bois et surtout de train ! Durant une heure, nous avons parcouru les quelques salles de ce musée très coloré, et surtout, une partie du musée est dans un train! Aménagé en sorte de salle avec des vitrines, des trains éléctriques, aussi quelques Barbie dans l’ordre chronologique de leur apparition, et des jeux vidéos (Klo j’ai joué à Bubble Bubble sur une vieille Sega!!)…
Et évidement un endroit pour que les enfants jouent au train..inutile de vous dire combien les notres étaient aux anges. Un petit tour à la boutique histoire de dire et nous voila repartis pour Malmo.
Mais sur la route…le dernier musée viking! (voire article suivant, c’est pour le suspens!)

Safari nature

Sur notre route pour rejoindre Malmo (il faut penser au retour), il y avait une réserve naturelle d’animaux. Malgré nos expériences un peu « touristes » en matière de parc animalier (voire parc des élans!), nous nous décidons pour aller y faire un tour. Le principe est de se déplacer en véhicule sur une route qui parcourt l’ensemble de la réserve en plein cœur d’une forêt sublime. Pas vraiment le droit de sortir se promener au milieu des daims, bisous ou sangliers. Un chouette moment tous ensemble, ou les enfants la tête par la fenêtre faisaient des « ohhhh regarde » et des « ahh génial »…
Malgré une météo pluvieuse de nouveau nous avons réussi à passer un chouette moment.
Et comme partout, des jeux pour enfants ont été les bienvenus ! Même pour Nico!

Le soir nous dormirons dans le camping de Osby. Calme et agréable au bord d’un lac cette fois. Nous sommes revenus dans les terres pour quelques heures histoire de visiter le musée du jouet Brio (voir article suivant).

Kalmar Slott

Après avoir quitté nos amis et nous être arretés dans un camping très très sympa au bord de la mer, nous sommes arrivés à Kalmar. Et malgré la pluie, la visite du chateau nous faisait bien envie. En plus à l’entrée, des kakémonos nous indiquaient un bien belle expo…du National Géographic ! Autour du château, un petit marché médiéval nous attendait. Un très bel ensemble de petites tente avec des gens en costume. Epées, nourriture, atelier de cuir..
Puis ensuite nous avons parcouru les inombrables pièces de ce superbe batiment médiéval. Une salle de banquet immense, une prison pour femme avec des photos terrifiantes (faites récement par un artiste), une salle du cosmos avec des planêtes en verre suspendues au plafond…Et dans la cour, un cheval en bois pour faire comme les chevaliers ! Evidement, Noé a tenté le coup! Zélie préférant un atelier pour creer une sceptre de reine!
Et puis…l’exposition de photo du National. Je n’ai pas de mots pour vous raconter ce que j’ai ressenti. Peut être plus tard…Je vous laisse avec les photos de cette après midi là…

Le soir nous dormirons près d’un pont sur une aire de camping-car, au sud de Karlskrona.
Au sud sud de la Suède…

C’est une maison rouge…

Nous nous étions installés pas trop tard jeudi après midi. Au bord d’un petit port, avec des roseaux. Et des petits voiliers. Calme. J’étais allée poster mes cartes postales (enfin!) et j’avais même trouvé une boutique de seconde main (yiahh manue!!!!).
Assis sur les marches du camion, nous avons parlé du voyage avec Nico. Nos envies, nos bilans. Je lui disais que j’étais un peu déçue de ne pas avoir fait plus de rencontres…Puis nous avons diné.
Juste après, une voiture se gare à coté de nous, et j’entends Tala couiner de bonheur, et des mots en français. Tiens ça faisait longtemps!
Je sors du camion, et je tombe sur deux jeunes français en vacances en Suède :
Axel, avocat, a une maman suédoise et adore revenir ici, et le baptême de son neveu le ramenait en terre viking quelques jours.
Et Célia, instit’, sa délicieuse amoureuse.
Nous discutons, ils nous posent des questions sur notre voyage, trouvent ca génial…En une demi-heure nous parlons de nos envies, de nos vies…Ils étaient venus pour pécher finalement nous aurons papoter ! Puis nous nous séparons en nous claquant une bise et en leur donnant l’adresse de notre site.
Ils repartent et nous rentrons dans le camion. Heureux de cette échange entre adultes ! Et heureux d’avoir rencontré des jeunes gens bien sympatoches.
5 min après, nous les voyons revenir.
Je me dis tiens ils ont oublié l’adresse du site !
– On y a pas pensé tout a l’heure mais… On a loué une grande maison en pleine forêt à 15min d’ici et si vous voulez on a une douche et des chambres pour vous. Vous venez?
Zélie saute au plafond, elle qui rêvait d’une douche! Et dis « oh ouiiiiii vous êtes génial »!!!! (si si génial!!)
Après un refus poli, nous finissons par accepter en nous disant que ca serait chouette de continuer notre discussion et de dormir en forêt.
Nous les suivons dans une petite route, puis un chemin qui cabosse. Et nous finissons par arriver dans un paradis au milieu d’une foret épaisse parsemée de prairies.
Les enfants s’installent vite dans le canapé pour regarder un film sur l’ordi. Nous papotons…Tout est d’un naturel impressionnant. C’est comme si on se connaissait depuis longtemps ! Mais il est aussi l’heure de dormir…Et nos nouveaux copains avaient prévu une virée en amoureux dans la ville voisine pour diner. Ils nous laissent les clés..et tout le reste!
Ce matin, nous nous levons presque tous en même temps. Petit déj scandinave au soleil, dehors sur la table de jardin, les pieds dans l’herbe.
– Eh on va à la pêche ! Allez hop tout le monde en barque!
Génial! Tout le monde arbore un sourire et un bien-être si doux qu’on se croirait dans une série tv!!!! Ou un film de Téchiné!
Pour traverser le lac, il y a une petite barque. Deux tours seront nécessaires pour emmener tout le monde sur le petit ponton qui nous attendait!
Et ce fut un festival de perches, de petits poissons blanc.. Zélie fut la championne de la pêche au vers de terre qu’elle adorait trancher en deux sous le regard effrayé de Célia!
Le temps s’est arrêté. Aucune notion de l’heure qui passe. Seul le plaisir de partager ce moment demeure.
Nous nous décidons à rentrer quand même. La faim…!
Noé nous fera revenir à la berge en ramant , pendant que Zélie et sa nouvelle cops font un selfie!
Nico se fera manger son leurre par un brochet pendant ce temps!
Nous rentrons sur le chemin parsemé de myrtilles, de framboises et de fraises des bois.
Un vrai régal.
Puis nous sortons tous notre nourriture à partager. Nous découvrons des produits suédois tout comme au petit dej. Un café et nous levons le camp. Notre route continue…
Les enfants sont tristes, Nous aussi…Nous nous embrassons, nous nous câlinons.
– Eh vous viendrez à Chinon hein?
Parce que nous n’avons pas l’intention de les oublier ces deux la!

Alors Axel et Célia, 1000 mercis pour ces instants que nous avons partagé ensemble. Et vos sourires, vos expressions qui « tabassent » et votre confiance en nous aussi.
Et bonne chance à Paris dans votre « cage à…. » !!!

Se relever vite

Nous étions tous dans nos lits. Bien en train de se caler. Avec nos livres.
Et d’un coup, Zélie dit « Papa, y’a plein plein de poissons qui sautent ! » Son rideau n’était pas tiré…Bingo!
Ni une ni deux ni trente-six, Nico se lève, attrape sa canne à pêche et sort. Suivi évidement des deux loustics, trop heureux de se relever et de sortir dehors à 23h.
Il est vrai que depuis que nous avons retrouvé la nuit, cela ne nous arrive plus trop.
Au moment où l’on ressort, l’enorme vraquier en face de nous n’avez pas fini sa tache (vider du charbon !). Je retourne au camion chercher mon appareil pour un séance de nuit…
Les enfants sont heureux. Nico est bredouille mais ravi de voir ce spectacle nocturne, et moi je jubile de faire bosser un peu mon Nikon ! Et d’un coup, au loin, le bruit et la silhouette d’un remorqueur qui viendra s’ammarer près de nous.
Décidément, nous sommes une tribu portuaire !
Merci Oxelosund…

Myrtilles et bicloune

En quittant Stockholm, nous voulions passer par Nykoping. Même si dans notre guide aucun interets n’étaient soulignés. Ils avaient raison! On décide alors de prendre une route de 15km pour descendre dans un port histoire de déjeuner.
Oxelosund est une petite ville très chouette.
Nous faisons quelques courses au ICA (genre du superU ou de carrefour) et on se met sur le port de plaisance pour manger nos sandwichs au pain polaire du midi.
En face de nous, nous voyons des camping-cars. De l’autre coté de la mer.
On a pas eu à se le dire deux fois! On reste! 20€ la nuit sur le port face à des grosses grues, des gros bateaux et à coté de remorqueurs. Le rêve pour nous 4 ! Nous repensons à Rotterdam…Et notre bout du bout du monde préféré.
Après une heure à glandouiller, on se décide pour une balade à vélo autour de l’île où nous sommes. Une heure de vélo dans des petits chemins de forêts, au bord de la mer, dans la ville…et surtout…Des myrtilles partout!!! Zélie a passé son temps à faire des pauses « remplissage de bouche »!!! Et comme je suis une maman charmante je l’ai accompagnée!
En rentrant, nous étions tous très heureux. Et c’était l’heure de gouter…une glace ça vous dit ? Yiahhhh…
Le bonheur tient à peu de choses souvent. Et il faut véritablement savoir le trouver dans de toutes petites choses du quotidien.
Par exemple, voir Zélie manger des myrtilles relève de ces petits bonheurs là. Ou encore voir Nico faire Francois le facteur sur sa bicyclette…Ou Noé imiter l’élan avec son cache-scelle sur la tête…

Stockholm, dernière capitale…

Arrivés assez tôt pour trouver un endroit pour dormir, nous avions eu le nez creux. Le premier endroit repéré sur ma carte était plein ! Dommage, c’ était vraiment proche du centre et nous aurions pu y aller en vélo. La dame du parking à camping-car me donne une autre adresse. Gentiment, elle téléphone et me dit qu’il reste quelques places. C’est à 10 bornes. Ok on y va.
En arrivant, il y a de la place. Mais le type me dit « no electricity ». Ok pas d’électricité. On s’en passera de toutes façons le frigo est en rade..(eh oui c’est la bonne nouvelle du voyage!) Et on a vite compris pourquoi on aurait pas de borne..nous étions tassés entre un arbre et un gros bus. Le camping est cher, et n’est pas là pour ravir ses clients. Pour la première fois du voyage, c’est le premier qui est presque crapouille. Le mec se fait du fric parce qu’il est à Stockholm. Une fois cette donnée comprise, nous avons décidé de rester pour deux nuits. Pas le choix.
Et le lendemain matin, départ pour le centre ville…en métro! La station est à 800m du camping. Bon point…
Zélie et Noé n’avaient jamais pris le métro! grande première!
En arrivant, nous nous baladons dans Gamlan Stan, quartier du moyen-âge avec d’innombrables boutiques (surtout à touristes). Mais quelques pépites s’y trouvent. Comme des boutiques de design, de graphisme, de bijoux originaux. C’est très beau et de se dire qu’on marche dans Stockholm c’est déja beau non? Nous passons dans le palais royal,
puis nous nous dirigeons vers le musée national, que nous avions choisi parmi la multitude de lieux culturels dont dispose cette capitale. En arrivant? FERME! pour cause de travaux…On se dit qu’on a pas de bol décidément! Mais plutôt que d’en choisir un autre, nous décidons de visiter la ville à pied. Un régal. Beaucoup de monde en revanche. Mais cela n’a pas empêché notre troupe d’être bien. Après 4h de marche et un sandwich, nous n’en pouvions plus. Surtout que la pluie avait décidé de s’inviter. Nous reprenons le métro et arrivons avant une grosse averse.
Ensuite ce fut repos dans le camion. Ravis de notre journée.
(Mais quand même les campings de ville…pffff….)
Le lendemain matin nous levons le camps mais nous décidons de quitter la ville, on n’aurait pas pu se garer dans le centre…

Uppsala

Après notre camping calme et près de la piscine, nous sommes descendus pour Uppsala. Avant d’aller visiter un petit peu la ville et de gouter des hamburgers Max (inconnus en France…Faut gouter!), nous avons fait une pause visite culturelle et cultuelle à Gamla Uppsala. Un immense espace de tombes qui pour certaines dates de 4000 ans. Une sorte d’immense parc, où notre balade fut véritablement un plaisir des yeux tant le paysage était sublime.
La ville est très belle. Mais une énorme averse en vue nous a fait renoncer à une visite de plus d’une heure! Et le musée de curiostés (genre cabinet de curiosité) était..Fermé! Arghhh on était un lundi! Nous regardons la carte…et nous decidons d’aller sur Stockholm.
On comprend vite qu’on arrive sur une capitale. Il y a des zones commerciales partout, des zones avec des cheminées, de gros entrepots…
Nous finissons par arriver…(suite au prochain article!)

Seuls au monde.

Après la visite du musée du train, nous nous sommes arretés dans un petit camping municipal à Soderfors. Le long d’une piscine de 50m en plein air, nous passons la soirée. Zélie a le nez collé au carreau de sa chambre.  » Demain on y va hein maman? »
– Oui oui…Mais que s’il fait beau tu sais.
Le matin, à 9h, Zélie se reveille. Elle regarde les gros nuages gris défiler au dessus du camion. L’âme en peine, elle déjeune…
Et puis me dit  » Tu sais il fait pas froid ».
Mouais, j’ai vite compris que c’était pas la peine de lutter…

Nous partons toutes les deux. Nous sommes deux. Et personne (à part Noé) ne viendra troubler l’eau et l’atmosphère qui y reignait.
L’eau n’était pas trop froide. Et le vent lui n’avait pas l’intention de nous laisser en paix. Qu’importe.
Ambiance étrange. Grisaille et chlore. On se croirait dans des pays de l’Est, dans des zones désertées ! Même les bonbons que la dame vend à l’entrée sont d’une autre époque. Les douches ont du papiers peints. Le sauna est neuf. Le béton laisse les herbes reprendre leur place. J’ai le sentiment d’être dans les années 70.
J’ai choisi le noir et blanc pour illustrer ce moment.

L’après-midi (nous avions décidé de passer la journée là, sans bouger. Bonheur), le soleil viendra enfin nous chauffer le dos. Les enfants passeront un grand temps dans l’eau seuls avant que les autochtones ne les rejoignent.

Demain nous partons pour Uppsala et Stockholm.

 

Merci à Vincent qui sur son lit ce matin, encore endormi, nous à donner quelques précieux conseils pour Tala…qui avait quelques petits problèmes digestifs! Tout est rentré dans l’ordre. Ne vous en faites pas pour elle.

Train de vie

Direction Gavle, après une nuit sur une aire de stationnement libre à Hudiksvall. Cette ville estudiantine très chouette abrite un musée du train suédois. En voyant cela dans le Lonely Planet, on s’était dit que ca serait chouette. Le dernier que nous avions fait était à Mulhouse et c’était un bon souvenir pour nous.
Le musée démarre par une salle de jeux (de train) pour les enfants. Avec évidement, un train en bois Brio (marque suédoise). Ensuite un couloir de vitrines de miniatures nous conduit vers 6 salles abritant des locomotives gigantesques et des wagons dans lesquelles nous pouvons monter ! Les enfants passent la visite à faire « ohhhhh  » « ahhhhh »
Et Nico leur explique des tas de choses sur la mécanique et le rôle de certaines pièces. Puis nous arrivons dans une salle d’expo temporaires ou il y a une expo sur les voitures et la route, et une expo..Lego ! (Ca faisait longtemps!)
Puis nous nous dirigeons vers le parc, ou nous découvrons une énorme rotonde. Un petit train qui fait le tour du parc est aussi disponible pour les petits. Sauf pour nos deux grands gugusses qui seront ravis de faire « tchou tchou »!

Fléchettes suédoises

Après Ornskoldsvick, nous avons visité Sandsvall. Ville très chouette avec une grande place et une grande rue principalement piétonne. Comme dans toutes les villes depuis le départ, il y a des travaux. Ils profitent de l’été…normal…
A Göteborg, dans une boutique de rando fabuleuse, Nico avait découvert des haches sublimes mais nous n’étions qu’au début du voyage… Il avait gardé l’adresse en tête et comptait bien nous emmener découvrir cette forge. Ca tombait bien, on y passait !
Grandsfors Bruk est à quelques dizaines de kilomètres au sud de Sandsvall, perdu dans la forêt suédoise.
On gare le camion, et on se presse d’avaler quelques sandwichs avant de découvrir un petit musée avec des tas de haches diverses et variées, de diverses époques. Pas de gardien. On fait confiance aux visiteurs ! Puis nous passons par la boutique… Depuis le temps que Nico y pensait. Pas facile cela dit de faire un choix. Mais il y parvient et suite à cela, nous partons avec nos gilets jaunes fluos visiter la fabrique. (On est les premiers français de la saison!) En France, c’est inconcevable de faire visiter une usine comme ça dans des conditions aussi simples. Nous sommes ravis de découvrir les différents ateliers. L’odeur de métal, les machines d’un autre temps, le gras noir sur le sol, les employés qui nous disent bonjour…
Puis nous entrons dans la forge.  L’odeur de chaud et de métal.
De grosses machines, qui émettent un bruit sourd.
Deux employés sont au travail et façonnent des briques de métal rouge. Un rythme précis. Des gestes au millimètre près. Nous observons cela avec beaucoup d’attention. C’est magique…Chaque hache est signée des initiales de celui qui l’a forgée. Façon de dire qu’ici, tu n’as pas la hache de n’importe qui !
(Merci d’ailleurs aux employés de nous avoir permis de les prendre en photo sans ronchonner!)
En sortant, Nico et Noé se font une petite partie de…fléchettes suédoises !
Alors maintenant plus d’excuses pour ne pas avoir de petit bois pour allumer le poêle cet hiver!